mai, 2013

now browsing by month

 

Lettre à mes amis de la mouvance psy

Suite à mon article intitulé « Après tout… Bravo et merci Monsieur Accoyer », que j’avais posté sur le site du C.F.D.P. (Comité fédérateur des psychothérapeutes – www.cfdpsy.com), j’ai découvert un rapide commentaire de l’actuel Président de Psy en mouvement, qui ne semble pas avoir bien compris le trait d’humour que je croyais évident dès le titre.

Il me semblait évident que cet article tentait de mettre en évidence de rappeler que malgré tous les combats que nous avons menés, l’actuelle application de la loi sur le Titre de psychothérapeute est à quelques nuances près celle que prévoyait l’Amendement Accoyer. Comme je n’avais cessé de le dire, de l’écrire depuis le début de la bataille pour le Titre, les psychothérapeutes autoproclamés ont toujours eu tord de chercher à montrer qu’ils sont les seuls praticiens à exercer correctement la psychothérapie, puisque cela ne leur a pas permis d’avoir gain de cause, concernant le Titre, et si ceux-ci persistent dans la voie tracée par leurs fédérations, ils perdront bientôt ce que nous avons réussi à leur préserver par notre lutte : le droit d’exercer la psychothérapie.

De fait, en se mettant hors la loi et en revendiquant des appellations non contrôlées comme psychopraticien ou psychothérapie relationnelle, ils font le jeu de ceux qui cherchent à les éradiquer, surtout que le pire est à venir et se prépare déjà au Sénat. En effet la Commission d’enquêtes sur les Mouvements sectaires présidée par le Sénateur Alain Milon, a évoqué l’hypothèse de légiférer sur la pratique de la psychothérapie.

Il est encore temps de ne pas se fourvoyer dans une impasse et jouer le jeu de l’application de cette loi, si l’on tient à préserver la psy-diversité, car une loi sur la profession de psychothérapeute finirait inéluctablement par la restreindre aux théorisations enseignées à l’université avec un risque que sa pratique orientée par des conceptions obsolètes ou désuètes qui passent à côté d’avancées scientifiques ou cliniques intéressantes.

C’est pourquoi dans notre Association, le C.F.D.P., nous espérons regrouper non seulement, les psychothérapeutes en Titre, mais également tous les praticiens de la psychothérapie, qui voudraient également l’obtenir dans les meilleures conditions possibles. Donc venez nombreux, le combat continue.

Par ailleurs, parallèlement, nous poursuivrons inlassablement notre réflexion sur la psychopathologie qui est au fondement de l’obtention du Titre et pour cela nous organisons un Colloque de consensus, à Paris le 21 Septembre 2013, sur ce qui nous rassemble plutôt que sur ce qui nous divise.

Réservez déjà la date et à bientôt.

 

Bien à vous tous.

Bruno Dal Palu. Président du C.F.D.P.

 

Share