mars, 2018

now browsing by month

 

Vers le renouveau de la psychanalyse

Psychanalyste

Tout le monde peut légalement revendiquer ce titre, non seulement en France mais aussi de par le Monde.

Mais quant à sa légitimité c’est bien différent, il y a ceux qui la revendique à cause de leur analyse plus ou moins finie, ceux qui en plus y ajoute leur formation dans une des Écoles de psychanalyse et enfin d’autres qui n’osent plus se revendiquer de ce Titre si facilement accessible tant la Psychanalyse a perdu de son crédit.

Notre Association a lancé un chantier de rénovation de la Psychanalyse comme outil en psychothérapie. Cela devait prendre l’objet d’une publication collective sur les concepts de la psychanalyse qui demeurent encore aujourd’hui performants et ceux qui sont nettement obsolètes. C’est un projet très iconoclaste et ambitieux. Sans doute trop ambitieux, voire impossible, pour les forces vives de notre association car cela fait près de cinq ans que notre chantier est à l’arrêt.

Cependant, comme cela a été maintes fois le cas dans mon histoire, j’ai souvent eu la bonne vision avec une longueur d’avance, mais par faute de mise en œuvre, d’autres s’emparent de l’idée et savent la faire valoir. En effet, j’ai pu lire dans certaines revues psy que des psychanalystes remettaient en cause certains concepts en s’inscrivant dans un Renouveau indispensable de la Psychanalyse.

J’en appelle donc à l’Intelligence collective de tous nos adhérents réunis pour que cette année nous sachions au moins faire valoir que nous nous inscrivons dans ce courant du Renouveau de la Psychanalyse, et que nous sommes en capacité d’apporter notre contribution à ce mouvement.

J’écrivais en 2013 que :

La refondation de la Psychanalyse est une urgence, avant qu’elle ne perde tout crédit. Cette refondation devra se faire à l’envers de sa fondation c’est-à-dire par les « sans-noms », les « sans-grades » que sont, les patients et les cliniciens, autres que ses disciples de renom, car c’est à ce prix que l’on débarrassera le bébé de ses souillures ».

Je réitère le propos, et à l’instar d’un Psychiatre psychanalyste qui a fait un livre intitulé : Mon abrégé de psychanalyse, il nous faut faire le nôtre, dont chacun d’entre nous pourra s’enorgueillir.

Outre, le renouvellement de notre cotisation, je nous invite à nous remettre au travail, en relisant l’Abrégé de psychanalyse de S. Freud, et d’en faire une analyse critique, qui supprime ce qui n’a plus lieu d’être et l’enrichit des apports pertinents, sous la forme d’articles que je collecterai pour en faire notre Abrégé de la psychanalyse.

 

Bien à vous tous,

Bruno DAL PALU
Président du C.F.D.P.

Share