ARGUMENTAIRE – Séminaire de Controverse sur la Psychanalyse – Avignon 03/12/2016

La psychanalyse, qui avait une position quasi hégémonique dans le champ psy français voit sa place largement contestée, voire grignotée, depuis quelques années.

Cette perte d’influence s’est traduite à l’université d’abord, puis en faveur de la loi sur le Titre de psychothérapeute elle semblait avoir gagné à nouveau en influence puisque les psychanalystes ont pu croire un temps qu’ils avaient le Titre de droit avec une reconnaissance dans le marbre de la loi.

Mais les autorités sanitaires l’ont remise en question une première fois avec un rapport de l’Inserm qui évaluait la psychanalyse comme la moins efficace des psychothérapies. Ensuite, il y eut le Livre Noir de la Psychanalyse qui raviva la haine entre les TCC et la psychanalyse et plus récemment le brûlot de Michel Onfray et le reportage le Mur. Et aujourd’hui c’est un nouveau rapport de la Haute Autorité Sanitaire (HAS) qui discrédite cette méthode pour traiter l’autisme.

Or, à chaque critique les psychanalystes se défendent en criant au scandale oubliant leur propre théorie sur les mécanismes de défense qui trahissent leurs failles.

Or, la psychanalyse ne peut plus se présenter comme une science intouchable fondée sur les dogmes édicter par ses maîtres, Freud, Jung, Lacan… Elle doit se remettre en question et reconsidérer ses concepts à la lumière des avancées des autres champs scientifiques connexes au sien.

Il est grand temps que les psychanalystes changent de stratégie s’ils ne veulent pas participer au discrédit de leur propre méthode.

Jusqu’à présent, ils ont passé leur temps à se diviser en différents courants, ils devraient au plus vite se regrouper dans des Colloques de consensus pour chercher à se mettre d’accord sur ce qui les unis de manière crédible face aux autres méthodes ou face aux patients, plutôt que d’insister sur ce qui les différencient.

La psychanalyse n’a rien à gagner dans un combat d’arrière-garde tourné vers le passé et ses prophètes. C’est une posture religieuse qui la disqualifie.

Pour garder sa place d’une méthode moderne et reconnue elle doit exister en tenant compte des avancées scientifiques de son époque.

En attendant, j’invite tous ceux, qui pensent que la Psychanalyse peut encore avoir une place dans le champ psy, à une Controverse pour actualiser ses concepts afin de ne garder que ceux qui sont opérants.

Cela prendra la forme d’un Séminaire où chacun pourra réagir et interagir à partir de mon exposé introductif, dans un travail d’Intelligence collective bienveillante.

Soyons nombreux à commencer solidairement ce travail de refondation de la Psychanalyse.

 

Bien à vous tous.

Bruno DAL PALU

Président du C.F.D.P.

 

Share

Laisser un commentaire